La musique, langage universel

Le Festival Les Jardins Musicaux aura lieu du 17 août au 1er septembre: Entretien avec Valentin Reymond, directeur artistique 

Valentin Reymond dirige l’Orchestre symphonique de Krasnoyarsk © Pierre-William Henry

Chaque année, Les Jardins Musicaux présentent des programmes originaux et audacieux principalement composés de musiques des 20e et 21e siècles. Au cours de l’édition du festival 2019, qui aura lieu du 17 août au 1er septembre, 240 musiciens et 15 ensembles se produiront dans les cantons de Neuchâtel, Berne, Jura et Vaud. Dans cet entretien, le directeur artistique et chef d’orchestre Valentin Reymond, évoque le rapport entre musique, public et société moderne.

Valentin Reymond, Les Jardins musicaux sont bien ancrés dans la région. Le public adore le festival : quel est votre secret ?

Le festival tisse des liens entre la nature et la culture, entre la ville et la campagne, entre art et patrimoine. Le format des concerts (une heure sans entracte) et les lieux inhabituels (Evologia, les Parcs Chasseral et du Doubs) nous permettent de partager notre « musée imaginaire » avec un large public, mélomane ou non, mais toujours curieux et fidèle en lui proposant une programmation originale, souvent exigeante, avec la complicité d’artistes convaincus par la démarche.

Vos programmes présentent de nombreuses compositions contemporaines. Vous êtes une sorte d’ambassadeur de la musique contemporaine ?

Ce qui nous intéresse n’est pas forcément la contemporanéité, mais plutôt la modernité. Maryse Fuhrmann et moi choisissons des œuvres qui nous parlent aujourd’hui.

« Les Jardins Musicaux, un lieu de réflexion sur ce qu’est le monde aujourd’hui »

Cette année, une table ronde au tour du débat actuel sur le climat va précéder le concert « Woodstock 50 »: quel est le rapport avec la musique (contemporaine)?

Woodstock fut un grand moment d’histoire, de musique et de protestations. Pour nous, il ne s’agissait pas de faire un « remake » mais de donner la parole aux jeunes créateurs d’aujourd’hui, de s’intéresser à leurs préoccupations, tant artistiques que sociétales. Louis Jucker, Andreas Schaerer, Carolina Katun et Arthur Henry ont relevé le défi avec enthousiasme. En construisant le projet, il nous est apparu que, si l’on voulait faire un parallèle avec Woodstock, la question du climat et de l’engagement de la jeunesse sur cette question était centrale. Nous avons donc organisé, en résonance avec le concert, une table ronde avec une climatologue, un philosophe, une lycéenne et un étudiant.

Trailer La ralentie, création édition 2019 (Pierre Jodlowski, Henri Michaux)

Quel rôle la musique contemporaine joue-t-elle dans la société actuelle ?

De tout temps, certains compositeurs se sont engagés au travers de leur œuvre. Beethoven et Britten en sont de bons exemples. Dans le cas des Jardins Musicaux, le projet Bal(l)ades, conduit avec les Parcs Chasseral et du Doubs, associe découvertes patrimoniales et musicales. Ainsi Welcome to the castle de Nicolas Bolens sera donné dans le Musée des beaux-arts du Locle, Le Tribun de Mauricio Kagel dans l’ancienne fabrique de pâtes à papiers de Rondchâtel et des œuvres majeures de Galina Utvoslkaya à St-Imier.

Quels sont les points forts dans la programmation de musique contemporaine cette année?

Nous avons commandé une pièce à Pierre Jodlowski sur « La Ralentie » d’Henri Michaux et une musique pour grand orchestre pour le film de Buster Keaton « Le Mécano de la Générale » à Martin Pring (création le 24 août). On fêtera le quatre-vingtième anniversaire de Holliger qui dirigera ses compositions et aussi le merveilleux Kammerkonzert de Jacques Wildberger, une musique sophistiquée qui parle à tout le monde.

El Cimarron. Les jardins musicaux 2019 © Giona Mottura

Interview par Gabrielle Weber, Neuchâtel 27.6.2019

Émissions RTS: Musique d’avenir
1 septembre, 22h
, Concert Holliger du 29 août
15 septembre 22h, Concerts Jodlowski / A. Françoise et G. Grimaître du 28 août

Les jardins musicaux, Concerts mentionnés:
Woodstock 50 (Louis Jucker – Louis Schild, Arthur Henry, Carolina Katun, Andreas Schaerer), le Tribun (Mauricio Kagel), La Ralentie (Pierre Jodlowski), Welcome to the Castle (Nicolas Bolens), Joyeux anniversaire Monsieur Holliger (Heinz Holliger, Jacques Wildberger), Le Mécano de la Générale (ciné-concert), La Femme marteau (Galina Ustvolskaya)
Table ronde: « Woodstock aujourd’hui : le climat ? »

neo-profiles:
Les Jardins Musicaux, Nicolas Bolens, Ensemble Batida, Heinz Holliger, Nouvel Ensemble Contemporain

La transdisciplinarité comme moteur de recherche

Ensemble Batida

Dans cet article, Viva Sanchez Reinoso, pianiste et co-fondatrice de l’Ensemble Batida et de l’association Amalthea à Genève, réfléchit à certaines pratiques de la création contemporaine en musique. Le texte se base sur son expérience dans le domaine de l’interprétation, de l’improvisation et de collaborations avec d’autres disciplines, dans le cadre des activités qu’elle mène depuis une dizaine d’années.

Les défis auxquels sont confrontés les musiciens indépendants qui gèrent une structure associative afin de produire des projets pluridisciplinaires sont nombreux et nécessitent d’acquérir une prodigieuse palette de métiers complémentaires à celui d’interprète de haut niveau : compréhension et maniement des réseaux de production et de diffusion régis par des logiques autonomes et parfois peu perméables, conception des projets jusqu’à la comptabilité finale, fidélisation de publics d’horizons différents à la musique « contemporaine » qui porte malheureusement une étiquette stigmatisante. Ils doivent également faire face à une forme d’immobilisme provenant d’un certain conservatisme : institutionnalisation et mise aux normes des savoirs, défense farouche de la propriété intellectuelle, et, essentiellement, une division du champ créatif en disciplines et genres dont la définition est pourtant en constant remaniement.

Alors la question se pose : comment faire quand notre pratique se situe aux interstices de ces limites en perpétuel mouvement et que notre démarche intellectuelle se réfère davantage aux branches comparatistes des sciences humaines qu’aux modèles hérités de la tradition musicale classique ?

Pour désenclaver la musique contemporaine de sa niche ultraspécialisée – au niveau technique, mais également esthétique, les musiciens devraient entretenir un lien permanent et dynamique entre leur pratique et celle des autres acteurs de la création d’aujourd’hui.

Je parle ici non seulement des autres artistes ayant une pratique de l’art contemporain, mais également des autres genres musicaux, des champs de la science et des pratiques considérées comme non-scientifiques, afin de se mettre dans une optique d’anti-discipline féconde. Une constellation de pratiques qui questionnerait les évidences de chacune d’elles et leur permettrait de déplacer les enjeux de leur propre territoire artistique en se posant les questions des autres.

Brice Catherin, Numéro 2, Athenée, Viva Sanchez Reinoso

Pour rendre compte de cette démarche qui doit être appréhendée non projet par projet, mais plutôt par un ensemble de travaux, je fais un résumé succinct des trois prochaines productions auxquelles je prends part entre juin et novembre 2019. BIG – la Biennale des arts indépendants de Genève (28 au 30 juin), renommée pour cette troisième édition Biennale Interstellaire de Genève, réunira plus de 70 structures alternatives qui développent une vision de l’art transcendant les disciplines : théâtres, librairies, labels, collectifs divers et variés, festivals, épiceries, radios, cinémas. Je travaillerai avec un marionnettiste-astronaute, Padrut Tacchella, et un musicien expérimental spécialisé en lutherie électronique, Pierre Dunand Filliol, pour mettre en place une installation sonore reliant les étoiles au monde bourdonnant des humains présents dans l’espace du Galpon.

Les Jardins Musicaux accueilleront « Welcome to the castle » dans le Musée des Beaux-arts du Locle (1er septembre). Ce projet monumental de l’Ensemble Batida est une commande faite à Nicolas Bolens en 2017, pour lequel le groupe avait posé les cadres de la création : composition inspirée du rock psychédélique et faite sur mesure pour un château, l’espace dans lequel se déploie l’œuvre devant faire partie intégrante de la composition et demandant un remaniement pour chaque espace investi.

« Welcome to the castle », Nicolas Bolens, Ensemble Batida, première 2017 @Leon Orlandi

Dans le cadre de la saison de l’ABC, les compagnies Circo Bello et Amalthea présenteront « Variété » de Maurizio Kagel au Temple Allemand de La Chaux-de-Fonds (24 octobre au 3 novembre). Cette pièce de répertoire sera ainsi donnée pour la première fois en Suisse avec une équipe professionnelle de circassiens et de musiciens. Les représentations seront précédées d’un long travail au plateau avec le metteur en scène Fabrice Huggler.

Dans ces démarches interdisciplinaires, le rapport exclusif du musicien avec sa partition est remis en question ; il conçoit et dessine des univers particuliers, fait entrer en collision sa vision du phénomène musical avec les dimensions d’espace, de physicalité et de perception des autres acteurs. Il s’agit de co-construire et mettre en perspectives les savoir-faire qui permettent d’appréhender un texte musical, une texture sonore par l’improvisation, d’élaborer des installations, de commander des pièces ou d’interpréter des œuvres en créant des contextes et des mises en scène particuliers.

Je vous invite volontiers à assister à ces productions ainsi qu’à échanger plus longuement sur ce blog autour de ma thèse.

Viva Sanchez Reinoso

Profils Neo:

Ensemble Batida, Les Jardins Musicaux, Association Amalthea

Festival Links:

BIG Biennale

Welcome to the castle

ABC